L’enquête réalisée en France porte principalement sur les grands jardins ; 38 % des personnes interrogées disent posséder « un vaste espace jardin » entourant leur maison.

À proportion égale pour chaque réponse (28 %), ils déclarent entretenir leur jardin « de temps en temps » et aimer s’informer sur les plantes.

Les Français « sont fiers » de leur jardin : 46 % des personnes interrogées disent « consacrer beaucoup de temps » à l’entretien de leur maison et de leur jardin, tandis que 34 % déclarent « être fiers » de l’aménagement et de l’entretien de leur jardin.

Les plus de 65 ans (59 %) sont, de loin, ceux qui s’investissent le plus dans leur jardin. Les jeunes ont davantage tendance à « être fiers de la conception » de leur jardin (42 % des 20-24 ans et 39   % des 25-34 ans, contre 21 % pour la tranche des 55-64 ans).

Le changement climatique apparaît comme le facteur le plus susceptible de modifier leurs habitudes de jardinage (34 %), suivi du désir de cultiver des produits alimentaires (32 %).

Les inquiétudes d’ordre financier ne constituent pas un facteur déterminant (7 %), ni l’achat d’équipements automatiques (5 %). Les préoccupations liées au changement climatique touchent nettement plus les jardiniers passionnés – 44 %, contre 34 % en moyenne. Seuls les plus de 65 ans se sentent moins concernés.

La majorité des personnes interrogées considèrent leur jardin comme une extension de leur habitation (55 %), tandis qu’un tiers se servent du jardin pour cultiver fruits et légumes. Chez les propriétaires de jardins familiaux, ils sont 47 % à entretenir un potager.

À l’avenir, 44 % des personnes interrogées voient le jardin comme un espace de tranquillité, un pourcentage qui augmente avec l’âge. Cependant, les jeunes sont les plus disposés à faire de leur jardin un écosystème personnalisé (40 % des 20-24 ans, contre 30 % en moyenne). Les jeunes sont aussi plus enclins à penser que la technologie améliorera le jardin (23 % contre une moyenne de 17 %, tous âges confondus). Quand on leur demande quel type de technologie ils seraient le plus susceptible d’acheter, sans considération de prix, la plupart (40 %) mentionnent tout système qui les aiderait à cultiver fruits et légumes. Ils citent en second lieu les systèmes de production d’eau (34 %), de compost (28 %) et d’électricité (27 %).

Sources : Etude quantitative The Future Laboratory » à laquelle ont participé mille jardiniers (par pays), hommes et femmes de tous âges, en Scandinavie, en France, en Grande-Bretagne, en Russie et aux Etats-Unis.