En période de crise, la communication est généralement le premier budget à faire les frais de coupes, notamment chez les annonceurs. La communication permet pourtant de maintenir la visibilité d’une marque, et ce, de façon positive si elle est bien dosée. Les crises sanitaires puis écologiques actuelles ont et vont toucher tout le monde. Aussi, l’avenir appartiendra aux entreprises qui sauront donner du sens à leurs activités dans ce contexte et ce sera le principal levier des PME pour gagner en crédibilité. Alors, quelle attitude adopter ? Quels canaux de communication privilégier ? Comment et sur quoi communiquer ?

Soigner d’autant plus ses relations avec les journalistes

A l’ère de « l’infobésité », certaines PME pourraient penser que pour exister sur la scène médiatique, il faut communiquer en masse. La notoriété et l’image d’une PME est encore à construire ou à développer, aussi il vaut mieux bien définir ses messages et les journalistes à qui on les adresse. Sinon, à vouloir cibler tout le monde, on ne cible personne.

Il est donc important de rappeler que pour faire des relations presse, il faut définir des médias « phares » dans lesquels on souhaite être cité, son calendrier de diffusions et l’angle de vue pour rédiger ses communiqués, tout en veillant à cadrer avec le calendrier éditorial de la presse. Il faut, en somme, avoir un sens du timing et coller au mieux à l’actualité !

Enfin, il est préférable de personnaliser les relances et cibler les journalistes les plus pertinents. Cela passe par l’entretien d’une bonne relation avec les journalistes clés. Rien de pire que d’envoyer un communiqué de presse en masse… Il est préférable de cibler et personnaliser, envoyer moins mais mieux, et d’autant plus pour une PME qui doit faire connaître son positionnement en toute clarté.

En parlant de personnalisation, les journalistes sont d’ailleurs très présents sur Twitter, ils y font leur veille d’actualités notamment. Ainsi, relayer les articles de presse parus dans un média sur la page Twitter de son entreprise, en mentionnant le média qui en est à l’origine, peut donner un coup de pouce à l’engagement de sa page. De même que d’interagir avec les journalistes sur les plateformes comme Twitter permet de renforcer la relation aussi.

En résumé, ce qui donne de la force de frappe en relations presse c’est d’avoir une relation sincère avec des journalistes ciblés.

Être une marque engagée, notamment sur sa communication médias sociaux

Il apparaît que les entreprises, notamment les PME qui ont longtemps été considérées comme en retard en termes de transformation numérique, « se digitalisent à marche forcée » pour maintenir leur activité. A nouveau, dans un monde rythmé par l’instantanéité, il faut savoir communiquer, et notamment sur les réseaux, sur fond d’observation, d’analyse et d’écoute, pour comprendre les parties prenantes auprès desquelles on veut communiquer via les réseaux sociaux et le faire bien. Le monde des réseaux sociaux a davantage pour loi la réaction plutôt que l’action. Pour déclencher l’action, il faut avoir beaucoup de réactions, d’engagement… Qui dit engager, dit être soi-même engagée en tant que marque. Une enquête menée par le World Media Group sur le thème du marketing de contenu montre une recrudescence des marques qui prennent le parti d’affirmer leur responsabilité sociale et environnementale, s’alignant aux enjeux d’actualité. Et pour cause, cela leur permet de fédérer une communauté qui sera d’autant plus fidélisée devant une communication engagée, sincère, plutôt qu’une communication purement produit.

Alors chères PME, en résumé, pour relancer votre communication en tant de crise :

> Affirmez vos convictions, ancrez votre communication dans des sujets engagés et d’actualité. Montrez que votre offre est adaptée à la réalité et au monde de demain.

> Tenez-vous à un positionnement et ciblage clair, inutile de s’adresser à tout le monde et sur tout ! N’oubliez jamais votre fil rouge !

> Entretenez des relations sincères avec un réseau de journalistes et d’acteurs social media ciblés.