Le secteur des médias, des relations presse et de l’information a été particulièrement impacté par la crise sanitaire. Face à de nouvelles façons de consommer l’information et sa  rapidité de circulation, les journalistes, les agence de presse et les professionnels de la communication ont vu la fiabilité de l’information être replacée au centre des préoccupations. Avec parfois une perte de confiance du public, il est capital de maintenir et d’embellir la crédibilité de l’information !


Vérifier l’information, une démarche indispensable

La vérification de l’information est bien évidemment une règle d’or dans le monde de la presse et semble une évidence. Pourtant, une étude Cision témoigne d’un « léger mais non-négligeable recul » de la priorité des journalistes à l’égard de cette vérification de l’information. On note une baisse de 5 points par rapport à l’année précédente (79 % en 2018 vs 72 % en 2019). En cause, deux critères : d’une part une hausse des considérations commerciales (ils sont 17 % à citer le revenu/trafic comme priorité contre 13 % en 2018) ; et d’autre part l’usage des réseaux sociaux qui servent de plus en plus de sources d’information et de veille aux journalistes, mais qui regorgent de fake news et d’informations non vérifiées. De même que l’instantanéité des réseaux sociaux a accéléré la vitesse de circulation de l’information, la cadence s’est accélérée aussi pour les journalistes.

Alors charge aux professionnels de l’information de prendre le temps de comparer et vérifier une information avant de la diffuser, et de s’assurer de la source initiale de l’information. La crédibilité d’un média se fera davantage sur une information sourcée et approfondie, quitte à la diffuser un peu plus tard. En somme, ne pas succomber trop rapidement à l’envie d’être le premier à relayer un scoop.

presse : défi de l'information
Relations Presse & Défi de l’information

Une démonstration de rigueur, de nuance et d’objectivité

La crédibilité est une chose capitale mais très fragile. Elle se construit sur le long terme.  « Laisser filer la crédibilité pour un coup de gueule bien placé ou un ironique commentaire relève d’une totale insouciance qui ne sert en rien l’intérêt du public à l’information » explique  Lise Millette, rédactrice en chef du Trente, le magazine la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Entre course à la priorité de l’information, guerre des mots et étalage de messages personnels, « précisant que leurs commentaires n’engageaient qu’eux », la notion d’objectivité dans le monde journalistique en a pris un coup. On ne saurait que préconiser une démonstration de nuance et de rigueur dans la diffusion de l’information, et ce, dans la durée.

relations presse
Relations Presse & Défi de l’information

Garantir une information indépendante de tout pouvoir

Selon une enquête du Reuters Institute, l’indice de confiance en l’information a atteint aujourd’hui son niveau le plus faible : « sur l’ensemble des lecteurs interrogés dans les 40 pays couverts par l’enquête, seulement 38% disent faire confiance aux sources d’informations qu’ils consultent ». Pourquoi ? Cette confiance a notamment été entachée par une association entre journalisme et pouvoir, un sentiment que le monde de la presse était beaucoup trop influencé par des forces extérieures (commerciales, politiques…). 59% des journalistes interrogés par Cision estiment que la liberté de la presse s’est détériorée.

Pour garantir une information crédible, il faut l’amener à être indépendante de tout pouvoir. Pour cela, les professionnels du secteur doivent travailler à l’unisson, dans le respect des uns et des autres, avec proactivité et souplesse. L’information révélée doit permettre une réflexion sur le monde d’après et favoriser l’indépendance des supports médiatiques. Dans un monde d’influence, ce ne sera pas une mince à faire, mais les professionnels de l’information doivent savoir être unis pour y parvenir.

presse et emissions
Relations Presse & Défi de l’information

Engager voire se réconcilier avec le public

Un des grands défis de l’information est de faire face à la défiance grandissante du Grand Public. Entre remise en cause de l’indépendance de la presse et diffusion d’informations erronées (faute d’avoir pris le temps de les vérifier), le public doute de plus en plus des médias. Toujours selon l’étude Cision, en 2018, les journalistes interrogés citaient l’engagement du public comme priorité à 8 %. En 2019, ils le placent à 16 %, en 3e position. En effet, les réseaux sociaux pourraient être sources de lien avec le public cible final, en vue de débattre, s’interroger et co-créer l’information. Il s’agit alors d’adopter la transformation digitale non pas comme une contrainte mais comme une opportunité. Il faudra donc modifier en partie la manière de relayer l’information et de laisser la porte ouverte à la conversation avec le public final. Car un public impliqué et engagé est un public plus en confiance.

presse journalistes
Relations Presse & Défi de l’information
Aucun mot clé pour cet article.