Les mesures de confinement ont poussé les français et une bonne partie de la planète à passer davantage de temps libre chez soi. De ce fait, les populations ont pu prendre le temps de surfer davantage sur les médias sociaux et de se laisser tenter par certains en particulier : Instagram et Tik Tok. Mais pourquoi un tel succès ?  Les marques ont-elles vraiment leur place sur ces réseaux ?

Instagram : esthétisme et real life 

Une étude réalisée par Kantar témoignait le 27 mars que l’utilisation des médias sociaux a augmenté de 61% depuis le début du confinement. Instagram a notamment vu son audience augmenter, et se tourner en particulier vers des sujets comme le sport (+266%), le yoga (+230%), le fitness (+65%), la peinture (+57%) et l’information et la politique (+53%). Dernièrement critiqué par certains pour ses visuels si retouchés qu’ils en seraient trop éloignés de la réalité, Instagram s’avère peut-être être le reflet du quotidien de chacun, avec toujours une touche #lifestyle.

Du compte Instagram : @juu_ie

Pour générer un engagement et attirer une communauté pertinente sur Instagram, il faut :

  • Affirmer un positionnement clair (un thème unique : voyage, décoration, bricolage, food…),
  • Raconter son quotidien (les comptes de marques aux contenus qui ont des allures de publicités risquent d’avoir peu d’engagement ou un engagement non pertinent),
  • Interagir quotidiennement avec sa communauté ou du moins une poignée de fidèles qui vont générer suffisamment d’interactions autour du contenu posté pour que celui-ci soit maintenu en avant dans les fils d’actualité
  • Créer une galerie homogène – dite « le feed » (Un feed s’apprécie comme on feuillette un album photos).

Ainsi, l’intérêt pour une marque à être sur un réseau social comme Instagram repose sur plusieurs arguments :

  • Vouloir cibler du grand public entre 25-35 ans
  • Affirmer une image de marque forte en imposant son propre style esthétique sur ce réseau
  • Être positionné sur des secteurs phares d’Instagram : décoration, lifestyle, sport, voyages, cuisine, jardin, bricolage, luxe, mode et beauté, communication, développement personnel…
  • Vouloir créer une image et un relationnel de proximité avec ses consommateurs et prospects (real life et interactions en seront les vecteurs)
  • S’inscrire dans l’air du temps : être sur le réseau grand public tendance de notre époque

Tik Tok : mini-clips pour divertir !   

L’application a dernièrement passé la barre des 2 milliards de téléchargements, une montée rapide liées aux mesures de confinement : se divertir de chez soi. Car cette fois, contrairement à Instagram, il ne s’agit pas forcément de poster une image ultra esthétique, mais plutôt de créer un contenu vidéo dynamique de maximum 15 secondes en musique. La plupart des contenus reposent sur des challenges pour s’amuser et amuser les autres : le challenge #moigamin avec le retour des images d’enfance, le #dontrushchallenge invitant chacun à se mettre en scène d’abord dans un look naturel pour en un coup de pinceau passer sur son 31…etc.

Crédit Photo : RTBF

Et comme souvent, une fois que les adolescents se mettent sur une application, les frères et sœurs, puis les parents et enfin les marques finissent par atterrir dessus. Phénomène de mode ou réel outil de communication pour les marques ? Nous nous sommes posées la question à l’agence.

Dans quels contextes utiliser Tik Tok en tant que marque, notre avis :

  • Les contenus Tik Tok sont particulièrement funs, créatifs et divertissants. Sur ce réseau social, les contenus de type challenge sont des outils intéressants pour fédérer une communauté jeune autour d’une marque qui se veut moderne et créative.
  • La communauté actuelle de Tik Tok reste sur une tranche d’âge de moins de 25 ans majoritairement, donc la marque doit vouloir cibler cette tranche d’âge.
  • Qui dit divertissement dit positionnement à l’origine divertissant : les marques ciblant une communauté jeune dans les domaines sports, beauté, bricolage, cuisine… peuvent imposer leur image jeune et créative en étant sur ce réseau.


Attention, pour les marques qui se lanceraient sur ce réseau social, à ne pas tomber dans le travers de la publicité (entre contenu divertissant de 15 secondes en musique et contenu trop corporate façon publicité télévisée, la frontière est fine).

Finalement, si cette croissance pour ces deux réseaux sociaux peut être le fruit de la conjoncture, cela révèle une chose sur la communication : le grand public en a assez d’être diverti par des contenus de marques à consonnance publicitaires et veut voir des contenus qui ressemblent davantage à son quotidien, des contenus sincères ou qui vont l’émouvoir.

Aucun mot clé pour cet article.