Capitaliser sur son carnet d’adresses journalistes, l’utiliser comme un service de routage mail, lui adjoindre des missions de community management… fantasmes ou incompréhensions rendent parfois difficile la relation annonceurs / agence de RP. Et côté journaliste, ce n’est pas mieux : parasite vivant de la plume du journaliste, mouche du coche, enquiquineur faisant perdre du temps…
Pourtant, journaliste ou entreprise, chacun peut tirer profit des agences de relations presse, à condition de comprendre correctement ce qu’elles peuvent apporter.

 

Un regard sans complaisance de l’agence sur l’entreprise

Dans la majeure partie des cas, lorsque l’on demande à une entreprise ce qu’elle attend d’une agence de relations presse, la première réponse est « nous obtenir des articles ». Et quand on leur demande de définir le métier de l’agence, les annonceurs précisent que l’agence a pour mission d’écrire des communiqués de presse et de les envoyer aux journalistes référencés dans son carnet d’adresses.

Certes ; mais tout cela est un peu court…

De facto, le tout premier service qu’une agence va fournir à une entreprise, c’est d’apporter un regard objectif et vigilant sur ce qu’elle est, ce qui la constitue.

Car, de la même façon qu’il est difficile pour un individu de considérer objectivement ce qu’il fait et qui il est, l’entreprise n’a pas toujours le recul nécessaire pour analyser froidement et sans affect ses activités, ses résultats, ses actualités, et ce qui, dans cet ensemble, mérite d’être communiqué.

L’agence de relations presse va donc commencer par s’immerger dans l’entreprise, prendre la mesure objective de ce qui s’y passe, de ses atouts, de ses faiblesses aussi.

De surcroît, l’agence va également s’intéresser aux processus de vente de cette entreprise : quels types de publics en achètent les produits et les services, quels sont leurs envies par rapport à ce type d’offres, comment l’entreprise se positionne par rapport à ses concurrents…

Ce n’est qu’une fois cette analyse effectuée que la première pierre va pouvoir être posée : la recommandation stratégique. Si cette recommandation est bien réalisée, elle va venir appuyer la stratégie commerciale de l’entreprise et faciliter le travail de ses commerciaux. Et elle servira de charpente à l’ensemble de la campagne de communication.
La  mise en forme de l’information et sa diffusion optimisée

Autre service d’importance que l’agence peut assurer : mettre en forme l’information glanée dans l’entreprise pour la faire répondre à un double objectif :
– qu’elle soit fidèle à ce que fait l’entreprise,
– qu’elle soit formatée pour répondre aux attentes des journalistes.

La diffusion n’intervient qu’ensuite. Néanmoins il s’agit d’une étape à ne pas négliger : elle doit s’opérer sur la base d’un fichier élaboré consciencieusement en s’appuyant sur une solide connaissance de la presse et des différents rubriquages.

Nombreuses sont d’ailleurs les agences qui se sont vu poser LA question : « qui connaissez-vous comme journalistes ? ». C’est bien méconnaître le métier de chargé de relations presse.
En effet, plus que la taille du carnet d’adresses, c’est avant tout la méthodologie utilisée qui est le plus important.

En effet :

– si l’information est bien en phase avec les besoins et les attentes des médias, si elle est adressée au bon journaliste, alors elle a de bonnes chances d’être reprise, même si vous ne connaissez pas personnellement la personne contactée.

– Avoir des relations amicales avec un journaliste peut aider dans la mesure où il sera davantage disposé à prendre du temps pour vous écouter ; mais en aucun cas cela ne suffira pour obtenir la parution d’un article. En effet, nous évoluons tous dans un environnement professionnel ; et malgré toute l’amitié qu’un journaliste peut vous porter, il ne rédigera pas d’article si l’information que vous lui aurez transmise ne correspond pas à sa ligne rédactionnelle.

C’est d’ailleurs sur cette base même que s’installe la confiance entre journalistes et agences de relations presse. Car le journaliste, lui aussi, peut trouver des avantages à une relation avec des agences.

 

Un gain de temps et un premier filtre dans l’information brute

J’entends déjà protester de nombreux journalistes qui s’estiment harcelés par les appels des attachés de presse : « Vous avez reçu mon communiqué de presse ? Vous allez faire quelque chose ? ».

Pourtant, l’agence de relations presse peut aussi contribuer à faciliter le travail du journaliste. Trouver rapidement l’information dont il a besoin, le mettre en contact avec l’interlocuteur idoine, sont autant d’apports de l’agence qui vont permettre au journaliste de gagner du temps et de se concentrer sur sa propre valeur ajoutée, analyse ou commentaire.

L’agence peut également se faire l’alliée du journaliste sur un terrain moins évident : l’ « éducation » des entreprises aux pratiques des médias. En effet nous avons, nous agences de relations presse, tout intérêt à expliquer à nos clients qu’un discours trop marketing ne passe pas, que cette annonce qui lui semble primordiale à son échelle ne présente en fait que très peu d’intérêt pour la presse… bref qu’il est contre-productif d’envoyer tout et n’importe quoi aux médias, au risque d’être noyés dans le flux d’informations inutiles que les journalistes expédieront dans leur corbeille.

Bref, on peut tirer beaucoup d’une agence de relations presse, à la condition de comprendre son métier, qui n’est ni un métier parasite, ni une boîte aux lettres, ni un community manager, ni un commercial… mais un maillon de la chaîne d’informations.
(source Les Echos.fr)