Depuis une dizaine d’années, le monde de la presse a dû s’adapter au phénomène de la digitalisation. Incités par une présence croissante du grand public sur le web et les réseaux sociaux, certains médias et journalistes ont réussi à se familiariser rapidement, tandis que d’autres tardent.  Cependant la crise sanitaire, avec ses règles de distanciation sociale, tend à accentuer ce phénomène qui risque de s’accélérer avec la crise économique. Alors quelles opportunités représentent le monde digital ? Est-ce la fin de la presse papier ? On fait le point !

A / Les opportunités que représentent le digital pour la presse

Le digital transforme tous les canaux d’information : la presse écrite, mais aussi la télévision (les replays sur les sites web et les rediffusions sur les réseaux sociaux) et la radio (streamings et podcasts). Un des avantages du web et des réseaux sociaux, c’est la variété des formats à disposition des professionnels. Qui dit variété des formats, dit adaptabilité des contenus selon la cible.

Les réseaux sociaux permettent notamment de catégoriser l’audience selon des centres d’intérêts, et donc de choisir stratégiquement où communiquer, quand et de quelle manière, en fonction de l’audience à cibler. Ainsi, un média qui communique sur les articles de son site web via les réseaux sociaux va capter une communauté qui n’aurait pas forcément fait la démarche d’acheter un magazine ou un journal en kiosque. Mais celle-ci va être incitée à lire l’article via internet, avec justement cette impulsion donnée par les réseaux sociaux.

Par ailleurs, la diffusion de l’information par internet constitue un modèle économique intéressant : entre bannières publicitaires web et accès à une sélection d’articles par l’abonnement, un média y gagne non seulement en visibilité, mais aussi financièrement. De même qu’il y a une réduction des coûts grâce à la refonte des process de production de l’information.

La réduction de la presse papier soulève un avantage non négligeable en matière d’environnement bien évidemment. En réduisant la presse papier, on économise les ressources et on évite le gaspillage des ressources nécessaires à la production de ce papier.

Enfin, la question de la rapidité de circulation de l’information sur le web octroie une plus forte réactivité à l’actualité et par rapport aux attentes des lecteurs. Un format print nécessite forcément un temps supplémentaire pour l’impression et la distribution. Ce caractère instantané de l’information sur le web se répercute également sur les relations presse : les attachés de presse peuvent disposer plus rapidement des retombées presse.

B/ Le print n’a pas dit son dernier mot !

Si l’instantanéité de l’information a ses avantages, elle a aussi ses inconvénients. Certes le partage d’information se fait très rapidement, un phénomène que les réseaux sociaux ont accentué. Mais les réseaux sociaux sont devenus aussi la loupe des inquiétudes et des revendications du grand public. On lit le gros titre et on relaye aussitôt sans réelle vérification de l’information. C’est ainsi que l’on se retrouve avec des « fake news ». La transformation digitale nécessiterait sans doute un peu de pédagogie. Pour maintenir la crédibilité d’une information par le web, la qualité de l’information doit primer sur sa rapidité de diffusion.

La presse écrite n’a, par ailleurs, pas dit son dernier mot ! La stratégie de diffusion du print peut évoluer pour s’adapter davantage au monde actuel :

  • Le street marketing s’avère parfois efficace, car il répond à un besoin d’expérience réelle du consommateur. Le magazine Stylist l’a bien compris. Rappelez-vous à ses débuts, pour gagner en notoriété, celui-ci faisait de la distribution gratuite aux sorties des métros parisiens. Une fois la notoriété acquise, le média peut ensuite compter sur une poignée de fidèles, mais pas seulement…
  • La distribution de la presse papier peut passer par des événements ou en partenariat avec des entreprises qui mettent à disposition de leurs collaborateurs le magazine ou journal.
  • Le cross-canal n’est pas à négliger, il en est même la clé : faire un teasing de la version papier du journal ou magazine via le site web et les réseaux sociaux permet d’assurer sa visibilité. Bien évidemment, il faut qu’il y ait un avantage à aller acheter le magazine papier : proposer des dossiers plus complets que sur le web, attirer par un jeu concours dont le bon en page 4 du magazine doit être retourné, joindre un cadeau à la version papier…

Aussi, n’oublions pas que la presse papier offre une expérience réelle que le digital ne peut offrir. Le plaisir de feuilleter son magazine dans le train, de remplir un quiz avec une amie sur la plage ou de découvrir un petit cadeau… Au final, le consommateur cherchera toujours à un moment donné de l’expérience physique.

En somme, la presse écrite et le digital ont chacun leurs avantages, et il faut y voir une complémentarité. D’un côté des dossiers approfondis et une interaction physique avec le consommateur, de l’autre une instantanéité et une accessibilité ludique de l’information sous des formats variés. Qui dit davantage de canaux de communication, dit plus de chances de toucher la cible finale.