Stop à l’infobésité

A l’ère de l’infobésité, l’attention du consommateur est devenue une ressource rare. Hyper sollicité, son cerveau encombré, n’est plus en mesure d’absorber toutes les sollicitations qui lui sont adressées. Sa saturation a atteint un seuil critique. Le déclin des contenus low-cost est en cours. Pour sortir de cette impasse, le content marketing doit rapidement se libérer de la dictature du nombre.

Stop à médiocrité des contenus low-cost

Obnubilés par la visibilité à tout prix, les professionnels ont profondément creusé le sillon volumétrique, ils ont proposé beaucoup de « bruit » et souvent si peu de valeur. Au lieu d’attirer, ils ont repoussé, au lieu d’intéresser, ils ont lassé. Que trouvons-nous dans les médias et sur les réseaux sociaux ? Un grand nombre d’articles bavards, écrits à la hâte, dont beaucoup sentent l’achat au « kilo » sur des plateformes off-shore, trop de webinaires inutiles, trop de livres blancs médiocres, uniquement écrits pour siphonner des contacts…Le court terme, la paresse et la facilité ont laissé le « low-cost » prendre les commandes du marketing de contenu au détriment de la qualité et du consommateur.

Utilité, originalité et parcimonie

Le déclin des contenus low-cost, bruyants, plats et mous est irréversible. A l’avenir, pour donner de son temps, le consommateur exigera des contenus de qualité, réellement utiles, originaux et non redondants. Des contenus pour découvrir, vibrer, apprendre, partager et interagir avec les autres. Le futur du content marketing réside dans une nouvelle proposition de valeur : moins de contenu mais plus de valeur, plus de « musique » et moins de bruit. En tant que professionnels du Content Marketing, sommes-nous capables de relever ce défi ? Sommes-nous en mesure de nous débarrasser de plusieurs années de mauvaises pratiques ?

Une chose est sûre : le consommateur va renforcer ses barrières de protection, filtrer et sélectionner de manière plus sévère, se dépolluer en partageant moins mais mieux… Sommes-nous préparés à ce nouveau paradigme ? Le déclin annoncé des contenus low-cost devrait nous pousser à réécrire les lignes de code de l’Inbound marketing, sortir le Growth Hacking de l’impasse où l’ont mis ses « mauvais génies » et reformuler la proposition de valeur du content marketing.

Nous le devons à ceux qui nous font confiance et à ceux prêts à le faire : clients, consommateurs, lecteurs, fans et followers…“