L’économie d’énergie passe par une bonne isolation thermique…

La chaleur s’échappe à différents endroits du logement, qu’il s’agisse des murs, du plancher, de la toiture… Une mauvaise isolation va non seulement réduire le confort thermique du logement, mais contraindre son résident à consommer beaucoup plus de chauffage en hiver et de climatisation en été.

Afin d’optimiser l’isolation, plusieurs paramètres sont à considérer comme l’isolant bien sûr, mais aussi l’étanchéité à l’air de l’habitat, la ventilation, le type chauffage ou encore les fenêtres. L’objectif ? Aboutir à des MBC : Maisons à Basse Consommation.

Une bonne isolation peut réduire près de 40% de déperdition de chaleur en hiver, et limiter les surchauffes pendant l’été. Ainsi, l’usage du chauffage ou d’appareils comme les ventilateurs est plus limité, contribuant à faire des économies d’énergie. 

Bien isoler sans se ruiner : place aux CEE !

Les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) ont été mis en place par l’État avec pour objectif d’inciter les fournisseurs d’énergie (ex : EDF, Engie, CPCU…) et les distributeurs de carburant (Total, BP…) à prendre en charge une grande partie des dépenses en travaux d’isolation thermique des particuliers.

Pour bénéficier des CEE, les travaux de rénovation doivent s’appliquer à l’isolation des combles, murs, sols et plafonds pour les bâtiments existant depuis plus de deux ans à la date d’engagement de l’opération. Le demandeur peut être propriétaire, locataire ou bailleur.

A noter que les CEE se cumulent avec le CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique), le taux de TVA à 5,5 % et l’éco-prêt à taux zéro (ECO-PTZ), ce qui peut apporter de 50 à 70 % d’économie sur le coût final des travaux. Un coup de pouce considérable pour le budget travaux !