Alors que, chaque année, 15 km² de toitures sont végétalisés en Allemagne, en France, nous accusons un certain retard puisque seuls 200 000 m² de toitures subissent le même sort. Et pourtant, la toiture végétalisée, si elle présente quelques inconvénients (surcoût initial, entretien éventuel, poids, etc.), offre surtout de nombreux avantages : isolation thermique et phonique, biodiversité, réduction des îlots de chaleur urbains, etc. Découvrez les avantages et inconvénients des toits végétalisés.

LES AVANTAGES DES TOITS VÉGÉTAUX

Isolation thermique et phonique

Du point de vue du particulier, la toiture végétalisée présente en premier lieu l’avantage d’améliorer l’isolation thermique et phonique de l’habitat. La couche de sol associée aux végétaux forme un écran dont la densité absorbe les nuisances sonores extérieures. En outre, la densité de cette couche fait bénéficier les volumes intérieurs d’une excellente inertie : en hiver, il fait moins froid, en été, il faut moins chaud. Et ce, d’autant plus que l’humidité stockée par les toits verts crée une sorte de microclimat plus doux.

Amélioration de la qualité de l’air

Les plantes utilisées pour la confection de toitures végétales absorbent les polluants, les poussières et certaines particules fines présentes dans l’atmosphère. Aussi, les toitures végétalisées améliorent-elles localement la qualité de l’air.

Biodiversité, absorption de CO2 et d’eau

Enfin, les toits végétaux présentent des avantages écologiques indéniables, y compris d’un point de vue global : plus les villes et lotissements seront équipés de toitures végétales et plus elles limiteront les dégâts causés par la forte concentration d’activités humaines. En effet, les toits végétaux :

  • Produisent de la photosynthèse et donc absorbent du CO2 tout au long de la journée ;

  • Absorbent de l’eau et réduisent ainsi les risques d’inondations (qui augmentent en ville puisque les sols sont bétonnés et n’absorbent donc plus les excédents d’eaux pluviales) ;

  • Favorisent la biodiversité de la flore, mais aussi de la faune en attirant divers animaux (insectes, pollinisateurs, diptères, etc.) ;

  • Enfin, en ville et dans les lotissements, on observe un phénomène dit « d’îlots de chaleur urbains » : les surfaces bétonnées, les toitures et autres aménagements urbains favorisent la concentration de chaleur et génèrent des microclimats dont les températures atteignent des pics très élevés. En apportant de la verdure et en concentrant l’humidité, les toitures végétalisées contrent ces îlots de chaleur urbains.

LES INCONVÉNIENTS DES TOITURES VÉGÉTALISÉES

Prix

Evidemment, installer une toiture végétalisée a un prix. Et ce dernier peut être élevé. Car outre l’étanchéité de la toiture (indispensable) et l’ajout d’un feutre anti-racines, il faut apporter le substrat dans lequel les plantes vont se développer puis apporter les plantes. Selon la pente du toit, il peut également être à prévoir des appuis fixes pour éviter les glissements du substrat. Enfin, il faut impérativement s’assurer de la robustesse de la structure. On compte au minimum 50€ HT/m² de toiture végétalisée (et plus souvent 100€ HT/m²)

Poids

Car les toitures végétalisées présentent inévitablement un poids important, même quand on choisit des couvertures végétalisées extensives (seulement 30 à 100 kg/m² à saturation d’eau). La structure du toit doit donc être en mesure de supporter de telles charges ou être améliorée en fonction.

Entretien

Enfin, selon le type de toit végétal choisi (extensif, semi-intensif, intensif) il peut être nécessaire d’entretenir la couverture végétale, en particulier en cas de fortes chaleurs (ou prévoir des végétaux en mesure de supporter des fortes chaleurs, selon la région dans laquelle vous habitez). L’installation d’un goutte-à-goutte peut être à prévoir, notamment.